Caractéristiques des Mers Profondes

Le paysage sous-marin, composé de vastes plaines, de montagnes et de volcans profondément cachés sous la surface des océans, n’est contemplé par l’homme que depuis peu. Il abrite une faune fantastique, aussi diversifiée que celle des continents, et couvre plus de 70% de la surface du globe.
© Article rédigé par Hinda Soliman pour le site CEES.fr

Quels sont les caractéristiques principales des Mers Profondes ?

Vérité Scientifique :

Les Océans recouvrent les deux tiers de la surface du globe. Cette vaste masse d’eau héberge une grande diversité de végétaux et d’animaux.

D’après les images satellites, les mers et les océans profonds sont couverts de nuages opaques peu translucides, qui ne laissent passer qu’une petite partie de la lumière du soleil, celle-ci est en partie reflétée ou absorbée par les eaux de la mer. La quantité de lumière absorbée par la mer s’amenuise au fur et à mesure que l’on va en profondeur.

A partir de là, l’océan peut être divisé en zones : A la surface, la vie est difficile du fait de l’exposition au soleil et aux vagues. Et au-dessous, la lumière commence à diminuer jusqu’à ce que l’obscurité soit totale vers 1000 mètres, aussi appelé les Abysses.

Cependant, la faune vit dans toutes les régions et à toutes les profondeurs, y compris les abysses. En général la nourriture est rare en eau profonde, car la lumière n’est pas suffisante (voire inexistante) pour la photosynthèse qui permet la croissance des végétaux.

C’est en 1977 que les scientifiques découvrent non loin des expansions de dorsales très actives, à plus de 2500 m de profondeur, des Oasis des fonds océaniques où prolifère une multitude d’animaux.

Ces oasis contiennent des cheminées hydrothermale (aussi connues sous le nom de « fumeur noirs ») qui laissent échapper une eau très chaudes via le procédé suivant : L’eau de mer froide s’infiltre dans la dorsale et ressort chauffée à 300°C par le magma. Cette eau, alors riche en minéraux, attire les bactéries qui, plutôt que d’utiliser la lumière comme source d’énergie première pour synthétiser des carbohydrates comme le font les végétaux (processus de la photosynthèse), tirent l’énergie d’un élément chimique très abondant dans le milieu des sources hydrothermales, le soufre. C’est le processus de la chimiosynthèse. Les vers tubicoles s’en nourriront et constitueront le premier maillon de la chaîne alimentaire.

De plus, c’est à la fin du XIXème siècle, que les océanographes découvrent les forts courants dans les mers profondes ainsi que le phénomène des vagues internes des mers profondes. Ces vagues internes qui se forment à l’interface de deux couches d’eaux différentes du point de vue de densité, de salinité et de température, ressemblent fort bien aux vagues de surface, quoiqu’il soit difficile de les apercevoir par un simple regard sur la mer. Ces courants agissent comme un régulateur très important.

En effet, durant la période estivale, l’océan absorbe les fortes radiations solaires au niveau des zones équatoriales et tropicales, les stocke et redistribue ensuite cette chaleur grâce aux divers courants océaniques qui déplacent les masses d’eau chaude vers les hautes latitudes et les masses d’eau froide vers les zones équatoriales et tropicales où elles viennent se réchauffer.

Les courants profonds ne sont pas directement influencés par le régime des vents, mais sont plutôt contrôlés par les changements de température et de salinité des masses d’eau. Les océanographes ont reconnu un cycle important de la circulation océanique à l’échelle de l’ensemble des océans et à une échelle de temps de l’ordre d’un millier d’années.

© Pierre André Bourque

Il s’agit d’une boucle qui prend son origine dans l’Atlantique-Nord où les eaux froides (refroidies par les vents froids du Canada), salées, denses et bien oxygénées plongent vers les profondeurs, s’écoulent vers le sud sur les fonds océaniques tout au long de l’Atlantique, puis remontent vers le nord, pour refaire surface dans le Pacifique-Nord, froides et mal oxygénées. Ces eaux se réchauffent et s’oxygènent tout au long de leur parcours en surface, du Pacifique à l’Atlantique, et, refroidies à nouveau dans l’Atlantique-Nord, plongent pour recommencer le cycle. Il faut environ 1000 ans pour un aller-retour. C’est l’océan global (selon Broeker, 1995, Scientific American, v. 273).

Aspect Miraculeux

﴾Allah exalté soit-Il dit : Les actions des mécréants sont encore semblables à des ténèbres sur une mer profonde : des vagues la recouvrent, vagues au-dessus desquelles s’élèvent d’autres vagues, sur lesquelles il y a d’épais nuages. Ténèbres entassées les unes au-dessus des autres. Quand quelqu’un étend la main, il ne la distingue presque pas. Celui qu’Allah prive de lumière n’a aucune lumière.﴿ 

SOURATE AN-NOUR 40

L’océanographie moderne a découvert l’obscurité des mers profondes et les mouvements des vagues internes qui existent au-dessous des vagues superficielles bien connues depuis longtemps.

La mer profonde est différente de la mer de surface en ce sens que des vagues autres que les vagues de surfaces se forment à l’interface des deux mers. Les poissons de ces mers profondes ont des organes leur permettant de se développer dans ce milieu hostile : les organes lumineux dont Allah les a dotés pour éclairer l’obscurité au fond des océans et les organes leur permettant la chimiosynthèse.

2018-09-23T15:31:01+01:00